Posts in Actualité

Monique Baréa (1937-2020), in memoriam

septembre 27th, 2020 Posted by Actualité No Comment yet
Monique Baréa
(photo Annie & Camille Biot, tous droits réservés)

Notre grande amie Monique Baréa est décédée le 31 juillet 2020 à Nice.

Monique était l’une des dernières « mémoires vives » de la longue et belle histoire de « L’Amitié Henri Bosco », à la création de laquelle elle avait œuvré, dès 1971. Elle était aussi l’une des dernières Amies à avoir connu et fréquenté Henri Bosco, dans la familiarité de son travail et de sa vie quotidienne. Successivement secrétaire (fondatrice) de notre association, puis trésorière, puis vice-présidente, très au-delà de tous ces titres dont elle n’avait cure, elle a vraiment été, pendant près de cinquante ans, la cheville ouvrière et l’âme de « L’Amitié Henri Bosco ».

(suite…)

« Il faut voir en lui autre chose qu’un auteur régionaliste (…) Bosco est un initiateur aux mystères de ce monde »

septembre 6th, 2020 Posted by Actualité No Comment yet

Dans son très personnel Dictionnaire amoureux de la Méditerranée (éd. Plon, 2015, 25€), Richard Millet rend un bref mais élogieux hommage à Henri Bosco, dont il confronte avec beaucoup de justesse l’oeuvre à celle de Giono :

« La discrétion qui fut celle d’Henri Bosco le place aujourd’hui dans un demi-oubli où l’on fait de lui une espèce de Giono mineur. Il vaut beaucoup mieux, et laisse une oeuvre qui, pour élever aussi un chant à une Provence secrète et non touristique, ne redouble nullement celle du maître de Manosque, son contemporain. (…)

Il faut voir en lui autre chose qu’un auteur régionaliste, la terre et le paysage ayant toujours inspiré de la méfiance au parisianisme centralisateur ; comme Giono, mais avec d’autres moyens, et la foi en plus, il est un initiateur aux mystères de ce monde » (p.109-111).

Bienvenue sur le stand de « L’Amitié Bosco » pour la fête des associations

août 30th, 2020 Posted by Actualité No Comment yet

Samedi 5 septembre 2020 à Lourmarin

« De plus beau village, je n’en connais guère… »

Les adhérents de « L’Amitié Henri Bosco » (et, bien sûr, tous les lecteurs et amis de l’écrivain!) seront les très bienvenus à Lourmarin, samedi 5 septembre 2020, de 10h. à 15h., pour la « Fête des associations » au programme particulièrement convivial cette année.

(suite…)

« L’Ane Culotte », « Sylvius » et « Les Balesta » au programme des lectures de la librairie « Le Bleuet » à Banon

juillet 1st, 2020 Posted by Actualité No Comment yet
Philippe Fréchet dans sa lecture de L’Ane Culotte et des Balesta

Samedi 20 mai 2020 à Banon (Alpes de Haute-Provence), dans les jardins de la librairie « Le Bleuet », à l’initiative de Marc et Isabelle Gaucherand, gérants de cette merveilleuse « maison des livres », et de Philippe Fréchet, adhérent de « L’Amitié Henri Bosco », deux séances de lectures publiques d’extraits d’Henri Bosco ont permis à quelques privilégiés de goûter la prose poétique de l’auteur de L’Ane Culotte, de Sylvius et des Balesta

(suite…)

juin 8th, 2020 Posted by Actualité No Comment yet

Sur « Arte » le 10 juin 2020, « Henri Bosco, rêveur du Luberon »

Réalisé en octobre dernier par Sandrine Dumas pour l’émission « Invitation au voyage » diffusée chaque jour sur la chaîne télévisée Arte, le reportage consacré à « Henri Bosco, rêveur du Luberon » sera diffusé le mercredi 10 juin 2020 à 16h35.

Les images ont été filmées sur quelques-uns des lieux de vie et d’inspiration de Bosco : Avignon, Lourmarin (le village, le château, le bastidon), Sivergues, le village des « parpaillots » du récit L’Habitant de Sivergues, et bien sûr les bords de la Durance, immortalisés par L’Enfant et la rivière .

Avec beaucoup de justesse et de sensibilité, chacun de ces sites a été présenté et commenté, dans leur importance pour l’oeuvre et la vie de Bosco, par trois de nos amis administrateurs (et membres du Bureau) de « L’Amitié Henri Bosco » : Hervé Signore, Liliane Lengrand-Marco et Françoise Jean.

Hervé Signore (avec la complicité filiale de Bérenger et Hyacinthe, et le concours de la « Confrérie des Pescaïres L’Islens » pour les séquences tournées à L’Isle-sur-la-Sorgue) a évoqué l’importance de la cité papale et de la Durance dans l’enfance de Bosco, mais surtout le rôle de l’eau, sous toutes les différentes formes qu’elle revêt dans l’oeuvre (eaux vives ou dormantes, douces ou salées, bénéfiques ou maléfiques…) et le puissant symbolisme qui anime ces eaux dans l’imaginaire de Bosco.

Il revenait à Liliane Lengrand-Marco de présenter Lourmarin, « site magnétique » et « lieu de [son] coeur » pour Henri Bosco : le village et ses rues pittoresques, mais surtout son magnifique château, « grand être de sérénité dans lequel […] la pierre et la pensée équilibrent leurs rêves », où Bosco fut l’un des administrateurs de la Fondation Laurent-Vibert. La visite au bastidon de Bosco nous rend sensibles à l’importance de ce lieu privilégié d’observation, de rêve et de méditation que constitua ce « poste avancé des collines » pour le romancier-poète, sensible aux sortilèges des ombres et de la nuit. Liliane Lengrand-Marco nous propose à cette occasion une délicieuse rêverie sur le thème de la maison, qui est toujours un être vivant dans l’oeuvre de Bosco, et un abri tant physique que moral pour les « mauvaises saisons de l’âme« …

La séquence « Inspiration » de cette « invitation au voyage » se termine au coeur tragique du Luberon, dans l’ancien village de Sivergues : Françoise Jean en retrace l’histoire religieuse convulsive, liée aux persécutions des Protestants (Silvacane est tout proche), en insistant sur la façon dont Bosco, en matière d’histoire ou de géographie, dépasse toujours le strict réalisme. « Explorateur du rêve », à l’écoute des voix de la Nature, Henri Bosco est vraiment l’inventeur de l’écologie moderne, au sens où Françoise Jean la définit subtilement : « La Nature est notre maison, nous sommes en elle et elle est en nous »…

Ne manquez pas cette belle émission que vous pouvez découvrir dès à présent en suivant le lien ci-dessous :

https://www.arte.tv/fr/videos/091152-113-A/invitation-au-voyage/

et que vous pourrez revoir après sa diffusion sur le site internet arte.tv jusqu’au 8 août 2020.

(Christian Morzewski – 3 juin 2020)

Samedi 30 mai 2020 : lectures de Bosco par Philippe Fréchet à la librairie « Le Bleuet » à Banon

mai 22nd, 2020 Posted by Actualité No Comment yet

Petite compensation pour les Amis d’Henri Bosco privés cette année de leurs rencontres annuelles, qui devaient se tenir à Lourmarin (Vaucluse) et Banon (Alpes de Haute-Provence) les 11 et 12 juillet : Philippe Fréchet, membre de « L’Amitié Henri Bosco », les invite à venir l’écouter lire quelques extraits de L’Ane Culotte, Sylvius, Les Balesta et autres oeuvres d’Henri Bosco à la librairie « Le Bleuet » à Banon, le samedi 30 mai à 11h. puis à 15h. (deux séances). Occasion de (re)découvrir la librairie magique d’Isabelle et Marc Gaucherand, que nous remercions pour leur hospitalité toute bosquienne, et d’apprécier le génie de lecteur (entre autres talents…) de notre ami Philippe Fréchet (photo ci-dessous).

Entrée gratuite, mais réservation indispensable (jauge restreinte compte tenu des contraintes sanitaires) par mail à : bleuetcie04@gmail.com

La traduction américaine de « Malicroix » par Joyce Zonana saluée par la critique

avril 11th, 2020 Posted by Actualité No Comment yet

Comme annoncé dans notre dernière « Lettre de L’Amitié », la traduction américaine de Malicroix due à notre amie Joyce Zonana vient de paraître (avril 2020) aux prestigieuses éditions de la New York Review of Books. David Todd, le redouté chroniqueur de Booktrib (www.booktrib.com), en fait une critique particulièrement élogieuse sous le titre « Malicroix in translation : a hypnotic account of solitary life » (6 avril 2020). La traduction assurée par Joyce Zonana possède selon lui « l’intensité et la grâce », conférant « un rythme naturel aux effusions phénoménologiques de l’oeuvre de Bosco », et restituant avec bonheur la puissance onirique de ce roman. « Il pèse une malédiction familiale quasi mythique sur le narrateur », analyse avec justesse le chroniqueur, « mais le grand frisson procuré par ce roman tient surtout dans la puissance poétique de l’écrivain. Tel que le décrivait le philosophe français Gaston Bachelard dans La Poétique de l’espace« , le roman de Bosco est « un vaste poème en prose » dans lequel « l’action véritable […] consiste en l’épreuve de la solitude« .

Joyce Zonana

Voilà d’utiles réflexions pour le temps de Pâques… et celui du confinement! Avec toute l’admirative gratitude de « L’Amitié Henri Bosco » à Joyce Zonana pour la contribution exceptionnelle qu’elle apporte au rayonnement de l’oeuvre d’Henri Bosco outre-Atlantique, où Malicroix n’avait jamais été traduit.

Christian Morzewski – 11 avril 2020

Henri Bosco,

mars 30th, 2020 Posted by Actualité No Comment yet

écrivain pour les temps difficiles

Plusieurs des manifestations culturelles et littéraires que nous avions annoncées dans notre dernière « Lettre de L’Amitié » ont hélas subi les conséquences de la crise sanitaire que nous traversons : annulé, le festival « Printemps de la Maison » qui devait se tenir à Vedène (84) du 24 mars au 3 avril avec une exposition des tirages photographiques originaux de Jean-François Jung ; annulé, le congrès de la Fédération Nationale des Maisons d’écrivain & patrimoines littéraires prévu à Manosque les 2-3-4 avril, au cours duquel Angela Maffre, Arnaud Dhermy et Christian Morzewski étaient invités à présenter la bibliothèque d’Henri Bosco ; annulés, plusieurs salons du livre où devaient être présentées des œuvres d’Henri Bosco, notamment par notre ami Mathieu Charleux lors du prestigieux Salon du livre rare et de l’objet d’art, au Grand Palais. Partie(s) remise(s), espérons-le, en nous félicitant que le hasard  – heureux – qui nous a fait décaler nos rencontres annuelles en juillet à Lourmarin, puisse permettre – utinam ! comme disaient les Latins…–  de nous retrouver bientôt au bon soleil de « L’Amitié Bosco », une fois sortis de l’épreuve de cette épidémie et du confinement… Nous vous tiendrons bien évidemment informés, sur ce site notamment, de la tenue de cette manifestation prévue les samedi 11 et dimanche 12 juillet, à Lourmarin donc, pour coïncider avec la nouvelle exposition préparée par notre vice-présidente Liliane Lengrand-Marco et consacrée à Henri Bosco, « Le poète et les images ».

D’ici là et pour patienter, sans nous isoler les uns des autres mais en mettant à profit ce grand rallentendo de nos activités « non essentielles », replongeons-nous dans l’œuvre de Bosco, écrivain de l’attente, de la lenteur, de la patience (dans tous les sens de ce dernier mot : la qualité de celui qui sait attendre, justement, persévérer, mais aussi la capacité de supporter, y compris le malheur et la souffrance). Quel plus beau manuel du bon usage du confinement, par exemple, que le début d’Hyacinthe

Mais on pourra peut-être préférer les très belles pages consacrées elles aussi à l’attente dans Mon Compagnon de songes, comme notre ami Denis Lebioda, de l’association « Regards alpins », qui nous offre cette belle photographie d’encouragement à la lecture et de fortitude face à l’épreuve…

« Prenez soin de vous et de vos proches », selon la formule désormais consacrée, mais ici revivifiée par nos pensées les plus chaleureusement amicales !

Parution prochaine du volume n°54 des « Cahiers Henri Bosco »

janvier 23rd, 2020 Posted by Actualité No Comment yet

Placé sous le signe d’« Un retour à l’enfant… », ce volume n°54 des Cahiers Henri Bosco présente tout d’abord un dossier d’inédits exceptionnels de l’écrivain : le texte d’une conférence de 1957 consacrée à « L’enfant, personnage littéraire » ainsi que les feuillets du Diaire d’Henri Bosco qui, à la même époque, se penche sur la question de la représentation de l’enfance en littérature, et enfin la transcription d’un passionnant entretien de 1966, « L’enfance, un savoir extraordinaire ».

Mais ce volume est aussi l’occasion de revisiter L’Enfant et la rivière, oeuvre emblématique de Bosco dont l’adaptation récente en roman graphique par Xavier Coste (éditions Sarbacane) fournit la magnifique illustration de couverture. Hervé Signore a par ailleurs choisi l’édition de 1960 illustrée par les eaux-fortes de Simon Goldberg pour sa rubrique bibliophilique, tandis que Martine Valdinoci témoigne de sa passion de « passeuse » de cette oeuvre auprès des jeunes générations, et que Stefana Squatrito, à travers l’analyse des « pouvoirs secrets » de la nourriture, se livre à une très stimulante lecture anthropologique sur « le cru et le cuit » dans L’Enfant et la rivière.

On lira aussi dans ce volume le témoignage-hommage de Liliane Lengrand-Marco racontant « une rencontre imprévue » avec le romancier, au château de Lourmarin, et deux études critiques originales : Nicole Lombard explore les analogies de certains personnages bosquiens (Bargabot, Méjemirande…) avec les chamans, et Bruno Tritsmans nous propose de relire Tante Martine à la recherche des personnages de « sentinelles » et de « sirènes »…

Une bibliographie critique actualisée pour 2018-2019, due aux soins d’Arnaud Dhermy, clôture ce volume, servi gracieusement aux adhérents de « L’Amitié Henri Bosco » à jour de leur cotisation 2019, et disponible en librairie à partir de mars 2020 (ou directement auprès des Presses universitaires de l’Artois, ou de « L’Amitié Henri Bosco ») au prix de 18€.

Dialogue photographique avec Henri Bosco en Champsaur les 5 et 6 octobre 2019 : le programme complet!

septembre 16th, 2019 Posted by Actualité No Comment yet